Page 40-41 - FR_MC_pageflip

Basic HTML Version

Histoire de la brasserie
PALM
L’histoire de la brasserie PALM remonte à 1686. À l’époque, Theodoor Cornet, régisseur
du Château de Diepensteyn, exploite une auberge face à l’église de Steenhuffel. Il y
brasse de la bière et y distille du genièvre pour ses hôtes, mais il brasse aussi une « bière
des Comtes », plus forte, pour les Seigneurs de Diepensteyn, Comtes de Maldeghem-
Steenhuffele. Dès 1747, Anne Cornet transforme l’auberge en petite brasserie de village
à fermentation haute et vend de la bière aux habitants du village. Elle donne à sa bras-
serie le nom « Den Hoorn », sans doute parce qu’il s’agit de la traduction néerlandaise
de son nom de famille, Cornet. Plus tard, Jean-Baptiste De Mesmaecker reprend la
brasserie. Il devient aussi le bourgmestre de Steenhuffel.
En 1908, sa fille Henriette épouse Arthur Van Roy, descendant d’une famille de bras-
seurs de Wieze. Arthur se lance dans l’industrialisation de la brasserie, dans l’idée de
vendre ses bières bien au-delà des frontières de la commune. Il crée en outre sa propre
« Spéciale Belge ».
La première guerre mondiale éclate. La brasserie DE HOORN n’est pas épargnée. En
1914, elle est presque complètement détruite lors d’un bombardement. Pendant la re-
construction, ses propriétaires ne peuvent pas investir dans la « technologie à froid »
nécessaire au brassage du nouveau type de bière en vogue, la pils de fermentation
basse. Raison pour laquelle la brasserie continue, par la force des choses, à brasser des
bières de fermentation haute. En 1929, Arthur Van Roy donne à sa « Spéciale Belge »
la dénomination commerciale « Palm Spéciale », symbole de la victoire de la bière de
fermentation haute sur la pils de fermentation basse. Il est fermement convaincu que sa
PALM Spéciale a plus d’arôme et de saveur à offrir que la pils.
La brasserie sort indemne de la deuxième guerre mondiale et commence son expansion dans la foulée. Cette croissance,
elle la doit dans une large mesure au succès grandissant de la PALM Spéciale. En 1947, pour fêter le 200
e
anniversaire de la
brasserie, le fils, Alfred De Roy, crée une bière de fête un peu plus ronde, la Dobbel PALM. Celle-ci sera ensuite commercia-
lisée comme bière de dégustation pour les fêtes de fin d’année. Au cours de l’Exposition universelle (Expo 58) de Bruxelles,
Alfred Van Roy se voit décerner par tirage au sort le meilleur emplacement sur la place de marché « Ancienne Belgique », où
il construit son imposante cour PALM, qui vaut à la marque PALM une publicité nationale. Lorsque l’Ancienne Belgique est
présentée sur des cartes postales ou passe dans ce nouveau média du nom de « télévision », la cour Palm est toujours bien
en vue. Pour pouvoir faire face à la demande croissante, la brasserie est agrandie : la bergerie et la ferme sont abattues et
reconstruites de l’autre côté de la rue.
Dans les années 60, la brasserie continue de se développer. Suite aux révoltes étudiantes et au mouvement flower-power
de 1968, la culture des bières régionales traditionnelles fait son grand retour. Avec sa bière ambrée brabançonne PALM
Spéciale, Alfred Van Roy devient le fer de lance de cette nouvelle tendance. De plus en plus souvent, la brasserie DE HOORN
est appelée la « brasserie de la PALM ». Raison pour laquelle, en 1974, elle est officiellement rebaptisée « Brasserie PALM ».
Sans enfant, Alfred demande à son neveu Jan Toye, lui-même descendant de la longue lignée de brasseurs Roman, de
poursuivre la tradition familiale et l’œuvre de sa vie. La continuité familiale est donc assurée. Sous l’impulsion de Jan Toye,
la brasserie part à la conquête du marché national et ensuite de l’international. C’est en 1980 que le cheval de trait belge fait
son apparition sur l’étiquette. Il ne symbolise pas seulement l’origine brabançonne de PALM, mais il illustre aussi comment
tradition et sélection permettent de tirer le meilleur de la nature. Dans les années quatre-vingt, PALM gagne un deuxième
marché de croissance lorsque les consommateurs néerlandais, désirant ardemment adopter un style de vie plus exubérant,
se mettent à imiter la Belgique. PALM, « la bière ambrée belge », devient ainsi la bière spéciale la plus vendue aux Pays-Bas.
En 1988, PALM fait l’acquisition du Château de Diepensteyn. Celui-ci est restauré dans toute sa gloire et reconstruit entre
1993 et 1996.
Pendant les années 90, la brasserie Palm s’accroît considérablement. En 1990, une coentreprise est constituée avec la bras-
serie BOON à Lembeek, dans le cadre d’un projet culturel. En 1998, PALM acquiert la brasserie RODENBACH. Au tournant
du millénaire, la situation de PALM devient plus délicate. En Belgique, la consommation de bière recule depuis longtemps.
Ce sont les bières spéciales avec une teneur en alcool relativement faible qui souffrent le plus. Pour inverser la tendance, Jan
Toye mise tout sur son offre multiniche de bières de race authentiques ainsi que sur l’exportation. Son fils Matthias attrape le
virus familial. Depuis 2011, il se prépare à reprendre les rênes de l’entreprise.
02.1
BRASSERIE PALM
HISTOIRE
40
Masterclass
41